Livraison gratuite
Droit de retour dans les 21 jours
Achat sur facture
Retour gratuit dans les magasins

À LA DÉCOUVERTE DES GRISONS

UN PARI DE LÉGENDE ET SES CONSÉQUENCES

Les Grisons sont incontestablement la mecque des sports d’hiver. Le pays des 150 vallées, des 1000 sommets, des glaciers toujours aussi grandioses et des lieux fascinants a une histoire et une tradition de longue date. Il y a 150 ans, le tourisme d’hiver était inventé à St-Moritz, presque par hasard.

 

Au 19e siècle, ce sont avant tous les curistes qui se rendaient dans les Grisons en diligence postale par les cols. Le tourisme d’été était alors certes florissant en Engadine, à Davos et ailleurs dans les Grisons, mais le reste de l’année, le calme y régnait. Rares étaient les hôtes étrangers à s’aventurer dans cette partie de la Suisse en hiver.

 

Les Anglais arrivent

Johannes Badrutt, célèbre hôtelier de l’hôtel Badrutt’s Palace, déjà une légende à l’époque, partage une table avec quatre clients anglais durant l’été 1864. On converse, on papote quand l’hôtelier lance à ses interlocuteurs qu’il est possible de s’asseoir en manches courtes sur la terrasse en hiver, sans avoir froid. Les Anglais sont «pretty amused», pensant qu’il s’agit d’une plaisanterie. Du coup, Badrutt leur propose un pari.

 

Le pari

Il invite les quatre Anglais à venir vérifier par eux-mêmes la véracité de ses propos. Les frais de voyage et du séjour sont pris en charge par Badrutt en personne. Lorsque le petit groupe arrive en décembre 1864, il découvre avec surprise combien l’hiver est beau dans les Grisons. Comme Badrutt l’avait affirmé, ils sont assis en manches courtes sur la terrasse de l’hôtel – et restent jusqu’à Pâques. L’histoire retiendra cette année comme l’année de naissance du tourisme d’hiver grison. Il fallut ensuite attendre encore un petit quart de siècle jusqu’à ce que les différentes localités soient reliées, peu à peu, par le réseau des chemins de fer rhétiques, aujourd’hui long de 384 kilomètres.

Lieux incontournables

Plus de 140 ans après ce pari audacieux, le canton des Grisons, trilingue, appartient à la crème mondiale des domaines skiables, avec des lieux comme St-Moritz, Davos, Klosters, Laax, Scuol et Samnaun. Ces destinations sont considérées comme mondaines, les people défilent dans les hôtels de luxe, l’hiver bouillonne. Les Grisons, c’est aussi une fabrique à événements. Les manifestations de haut vol se succèdent. La piste olympique de bob de St-Moritz accueille les meilleurs de leur catégorie lors de la Coupe du monde et des Championnats suisses. Les tournois de polo et de golf ainsi que les courses de chevaux sur neige, sur le lac gelé de St-Moritz, ou encore la Coupe Spengler à Davos figurent parmi les temps forts sportifs de ce canton de villégiature.

 

Les joies de l’hiver grison se jouent par ailleurs sur 2200 kilomètres de pistes de ski et 1800 kilomètres de pistes de ski de fond. Pour qui recherche plus de calme, il y a les petits villages de montagne comme Tschiertschen, St-Peter, Tschappina ou Vals ou alors les paysages intacts à parcourir chaussé de skis de randonnée ou de raquettes. Les visiteurs du monde entier sont également attirés par les innombrables sentiers d’excursion et pistes de luge. Au fait: le premier ski-lift solaire au monde à Tenna dans la vallée de Safien est en fonction depuis l’hiver 2011/2012.

 

Mais il ne faut pas oublier les petits bonheurs à découvrir en dehors des sentiers battus et des défis sportifs: on citera les observations de la faune sauvage à Vals et Flims ou les cours de tissage à la Tessanda à Santa Maria, dans le Val Müstair. La manière dont l’hospitalité et l’esprit pionnier fusionnent ici, au pays des bouquetins, est simplement unique.

??productDetailSnippets_multicolorTooltip??