Livraison gratuite
Droit de retour dans les 21 jours
Achat sur facture
Retour gratuit dans les magasins

WINDHOEK – LA CAPITALE NAMIBIENNE

Au premier coup d’œil, la capitale de la Namibie semble sans grand intérêt. Elle n’est en effet souvent qu’une brève étape pour le voyageur qui s’apprête à découvrir les merveilles naturelles de la Namibie. Il vaut cependant la peine de séjourner à Windhoek.

 

L’église luthérienne à Windhoek

L’église luthérienne à Windhoek est considérée comme le symbole de la capitale.

Bâtiments coloniaux, centres commerciaux et gratte-ciel vitrés: en visitant la capitale namibienne, on rencontre les influences européennes avant même le quotidien africain. Le nom Windhoek est de l’afrikaans, l’une des langues les plus couramment parlées en Na- mibie, avec l’allemand. Le mot dérive de «Windecke» (coin du vent). En revanche, «Otjomuise» – le nom de la ville dans la langue bantoue otjiherero – signifie «lieu de la vapeur», une allusion aux anciennes sources thermales de la région. Nichée entre les montagnes d’Eros à l’est et d’Auas au sud ainsi que le haut plateau de Khomas à l’ouest et au nord, Windhoek se trouve au centre géographique du pays et regroupe environ 325'000 habitants.

 

 

 

Une palette haute en couleur et une histoire animée

En visitant Windhoek, on plonge dans un mix coloré de modernité, tradition et histoire. Eléments marquants, les symboles de la ville comme l’église luthérienne construite en sable de quartz devant le parc vert du palais de l’encre, le siège de l’actuel Parlement. En 1890 Curt von François, commandant de la troupe de protection, fit bâtir la «vieille forteresse» pour maintenir la paix érigée entre les Hereros et les Namas. Elle abrite actuellement le musée national. Dans le jardin botanique voisin, on découvre la di- versité de la flore du pays. Le passé animé des peuples de Namibie se reflète aussi dans l’art: le musée Owela ainsi que des expositions à la galerie Nationale et à la galerie Omba racontent de manière explicite l’histoire du pays et donnent un bon aperçu du travail des artistes namibiens. Alors que le musée TransNamib dans la gare de Windhoek est consacré au rôle important du chemin de fer, le Musée du Geological Survey of Namibia présente des pierres et des trésors paléontolo- giques. L’une des plus grandes galeries d’art privées de Windhoek est la Bushman Art Gallery avec sa vaste exposition consacrée à l’art namibien.


Ambiance européenne en Afrique

Si l’offre culturelle n’est pas aussi abondante que dans une capitale cos- mopolite, le théâtre national accueille concerts, comédies musicales et repré- sentations de ballets qui attirent de nombreux spectateurs, surtout le week- end. L’atmosphère plus intimiste des petites scènes du Théâtre Warehouse et du Centre Craft dans les locaux de l’ancienne brasserie permet d’assister à des concerts enthousiasmants ainsi qu’à des productions locales de théâtre et de cabaret. L’affirmation croissante de la population noire majoritaire a conduit à l’établissement de belles manifestations centrées sur la culture d’Afrique noire. Citons le Wild Cinema Windhoek International Film Festival ou alors le carnaval de Windhoek, jadis l’apanage des seuls autochtones, devenu aujourd’hui une attraction touristique à part entière. La métropole namibienne, qui compte parmi les capitales africaines les plus propres, est caractérisée par la cohabitation paisible de différents groupes ethniques, de petits cafés de rue et de terrasses à la tranquillité toute européenne. En de nombreux endroits, le passé colonial de Windhoek reste en- core bien visible. L’Afrique à l’état pur peut être expérimentée dans la banlieue Katutura: on s’y retrouve dans une «shebeen», un bistrot africain, pour pas- ser du bon temps, on achète des spéci- alités traditionnelles au Soweto Market et des vêtements aux couleurs somptu- euses dans les ateliers de couturier.

De
Jeanette Fuchs
,
Rédactrice

??productDetailSnippets_multicolorTooltip??