Livraison gratuite
Droit de retour dans les 21 jours
Achat sur facture
Retour gratuit dans les magasins

LE MONDE COMME SOURCE D’INSPIRATION

Tapis «Ennenda» (m.), «Filzbach» (dr.)

Coussin décoratif «Tödi»

DESIGN SANS FRONTIÈRES

Quelle est la spécificité du design suisse? THE LOOK MAGAZINE s’est entre­ tenu avec Christoph Hefti, designer textile aux multiples récompenses qui, pour la première fois, a étendu son champ d’activité de la mode aux tapis et tissus d’ameublement.

 

Le lauréat 2009 du Grand Prix Design de la Confédération a dessiné pour la nouvelle saison d’Atelier Pfister une collection composée de parures de lit, coussins de dé­ coration, tissus pour meubles et rideaux ainsi que tapis. Les motifs conçus portent des noms suisses tels que «Braunwald», «Tödi» et «Ennenda», en hommage à la commune d’origine du Glaronnais. Ce dernier fait actuellement la navette entre la Suisse, Paris, Bruxelles et Mi­lan, un travail sans frontières en quelque sorte. Pour chacun de ses projets, Chris­ toph Hefti s’implique en effet person­ nellement au niveau du développement des produits. C’est important à ses yeux, car lui qui a quitté la Suisse très tôt pour étudier à la renommée Central St. Martin’s School of Art and Design à Londres sait qu’en matière de stylisme, il faut repousser toutes formes de fron­ tières. «Avec les possibilités techniques dont nous disposons maintenant, on pourrait évidemment travailler depuis la Suisse», indique Christoph Hefti, «mais pour moi, en tant que designer, je ne peux me contenter de dessiner, d’envoyer les projets et d’attendre le produit.» L’artiste polyvalent, qui s’est également fait un nom avec des ins­ tallations vidéo, veut être proche de l’artisanat.

 

Pour les textiles Atelier Pfister, Chris­ toph Hefti s’est rendu là où ils sont fabriqués, a participé au choix des fils et des couleurs et a voulu comprendre le pourquoi et le comment du travail du tisserand ou du noueur de tapis. «Regardez les tapis en feutre», dit ce cosmopolite passionné en pointant la li­gne «Filzbach» pour Atelier Pfister. «La fabrication du feutre est l’un des plus vieux métiers du textile. Nous avons fait faire ces tapis dans la dernière manufac­ture de feutre en Turquie. Tout y est réalisé à la main selon des traditions séculaires. A l’heure actuelle, l’usine n’occupe plus que des hommes assez âgés, l’artisanat est menacé de disparaître.» Christoph Hefti dit avoir profité du fait d’aborder un domaine inédit, de quitter sazone de confort de la mode pour se confronter à un tout nouveau défi. Au final, le monde des tapis l’a tellement fasciné qu’il planifie aujourd’hui la fabrication au Népal de sa première collection «Christoph Hefti Rugs», avec le même investissement personnel. «Le design est aussi un pro­ cessus physique», explique­t­il. «Je crois aux contacts directs; on reconnaît un produit qui a été élaboré avec applica­tion et engagement ainsi qu’une grande compréhension pour l’artisanat et pour les gens qui participent au processus global.» Pour Christoph Hefti, le bon design c’est précisément ça, et pour revenir à la question initiale de la nature du design suisse, cet enthousiaste­né répond par un appel: «Il faut déplacer les frontières ou mieux, les supprimer tout à fait. Physiquement et mentalement. Voir plus loin que le bout de son nez.»

??productDetailSnippets_multicolorTooltip??