Livraison gratuite
Droit de retour dans les 21 jours
Achat sur facture
Retour gratuit dans les magasins

Kariem Hussein

TENDU VERS L’OBJECTIF

 

Kariem Hussein: la figure de proue de l’athlétisme suisse. Il conjugue avec maestria études de médecine et exigences sportives de pointe.

 

PKZ est, cette année encore, sponsor du «Weltklasse Zurich». La première édition de cette manifestation d’athlétisme remonte à août 1928. En 2008, lors de sa 80e édition, le meeting pouvait déjà s’enorgueillir de 26 records du monde et 250 records nationaux. Chaque année, des athlètes internationaux se réunissent au stade du Letzigrund pour ce spectacle constitué de compétitions les plus diverses.

En 2008, dans la perspective des championnats d’Europe 2014 à domicile, la Suisse a lancé le programme Swiss Starters, un projet prometteur s’il en est. Le but: qualifier autant d’athlètes suisses que possible pour les CE et réaliser une belle récolte de médailles. Le plus grand succès parmi les 53 athlètes qui se sont qualifiés au final revient à Kariem Hussein. En signant sa meilleure performance personnelle (48.96 sec.), le spécialiste du 400 m haies a remporté la seule médaille d’or du pays organisateur.

 

Qui est donc cet athlète au physique avenant?

 

A diverses occasions, on avait pu lire des propos élogieux sur le talent de footballeur du jeune sportif né à Münsterlingen. Les haies se sont imposées par élimination en quelque sorte: en tant qu’étudiant en médecine, on manque de temps pour les sports d’équipe. Un sport individuel correspond mieux à cet athlète de 1.91 m. «De manière générale, je suis fasciné par le fait de tout donner en athlétisme, explique le futur médecin, réaliser une performance de pointe grâce à une technique optimale me séduit totalement. En sprint, il ne suffit pas d’être rapide.» Tout semble pourtant si simple lorsqu’on le voit littéralement survoler les haies. Actuellement, le sport est sa «discipline principale»: «J’ai besoin du sport comme équilibre et comme soupape pour évacuer mon trop plein d’énergie; je m’en aperçois tout particulièrement hors saison.»

 

Il admet que certaines séances d’entraînement sont moins amusantes, qu’il y a des jours où c’est plus dur que d’habitude, mais ce qui compte c’est l’ensemble. Actuellement en préparation pour le «Weltklasse Zurich», la pression est un poil moins forte, car juste avant une compétition, l’entraînement est quelque peu allégé. Les fondements sont posés pendant les mois d’hiver; durant les compétitions, il s’agit de conserver la forme.

 

L’OBJECTIF EN VUE

 

Kariem Hussein est ambitieux, son objectif avoué est d’appartenir à l’élite mondiale, pour les CM de Pékin cette année, il vise au moins la finale (ndlr: le championnat n’a pas encore eu lieu au moment de boucler le présent numéro). Pour quelqu’un dont la recette du succès est «Sois réaliste mais crois à l’impossible – puis fais-le» c’est une noble entreprise. Autres ingrédients: un mental solide, de la discipline bien sûr, sans oublier la capacité de digérer les défaites. «Il y a beaucoup à apprendre des défaites – elles nous emmènent plus loin si on sait en tirer les bonnes conclusions.» Par exemple qu’au bout du compte, la perfection dans le sport n’est pas tout. «La famille est très importante pour moi. Un lieu de retraite, un lieu où l’on se sent entouré, en sécurité.» Pour l’instant, le gars au corps hallucinant et aux yeux bleus est toujours un coeur à prendre, ce qui ne l’empêche pas de vivre sa vie à fond – sa définition du «vrai luxe». Même si ce fils d’un ostéopathe égyptien sait très bien que le «luxe est dans les petites choses, comme pouvoir boire de l’eau fraîche au robinet». T’as tout juste, Kariem, nous te tenons les pouces!

??productDetailSnippets_multicolorTooltip??